Questions les plus fréquentes

 

Je remarque que vous proposez de nombreux exercices de jeu de rôle et de théâtre. En quoi consistent-ils exactement ? En quoi ces exercices vont-ils aider nos enfants ?

 

 

Le jeu de rôle et le théâtre sont des méthodes de consolidation des capacités linguistiques dont l’efficacité est prouvée. Elles sollicitent des compétences d’écoute, de parole et d’écriture à travers l’usage des scripts, des dialogues etc.

Les enfants sont très motivés pour jouer devant les adultes, surtout quand il s’agit de mettre en avant leur propre travail. De plus, certains élèves découvrent qu’ils excellent dans ce genre d’activités, alors qu’ils se sentent moins attirés par l’écriture ou d’autres compétences. Avec un accompagnement méticuleux, l’enfant le plus réservé peut quitter sa carapace et créer quelque chose dont tout le monde pourra être fier.

 

Participer aux activités théâtrales est la manière la plus naturelle d’apprendre. Ces activités utilisent l’attirance des enfants pour le jeu (incarner d’autres personnes, à des époques et des lieux différents). Être capable d’improviser et de s’adapter en un instant est une compétence importante dans la vie de tous les jours. De plus, il est souvent plus facile d’aborder en premier lieu les concepts les plus complexes de lecture ou d’écriture par le biais d’une situation théâtrale. Les enfants de tous niveaux s’y amusent beaucoup !

 

 

Que voulez-vous dire par “apprentissage actif” et “différenciation” ?

L’apprentissage actif de Jack in the Box/The Little School est une méthode par laquelle les enfants participent de manière importante à leur propre apprentissage. Ils sont encouragés à réfléchir par eux-mêmes, à partager leurs avis, à travailler en équipe et à développer leurs techniques de communication. Ce processus leur donne les compétences et la confiance en eux nécessaires à leur apprentissage face à de nouvelles situations.

 

L’apprentissage actif va de pair avec l’enseignement primaire au Royaume-Uni. Les inspecteurs scolaires recalent les écoles qui négligent cette forme d’apprentissage, et reviennent régulièrement tant qu’un changement n’a pas eu lieu.

 

Les inspecteurs de l’Ofsted réagissent de la même manière face à un manque de différenciation pédagogique dans les écoles primaires. Chaque enfant possède un mode d’apprentissage propre, l’enseignant doit connaître la manière par laquelle chaque élève apprend le mieux et adapter ses cours pour y correspondre. Par exemple, les enfants préférant une approche kinesthésique auront besoin d’outils à toucher comme des lettres en plastique servant à former des mots. D’autres apprennent mieux par le visuel, donc l’enseignant doit écrire des informations sur un tableau pendant qu’il parle à la classe. Il existe aussi un groupe plus à l’aise avec une approche auditive mais bénéficiant aussi des deux approches précédentes. Le professeur est donc flexible, proposant une grande variété d’activités et diverses organisations de leçons.

 

Il y a trois catégories de tâches données aux enfants pour répondre à leurs besoins. La première consiste à faire exécuter la même tâche à tous les enfants, même si chacun progressera à un rythme différent. Cette approche est limitée en ceci qu’elle ne sollicite pas toujours les capacités des plus aptes, et peut ne pas aider à progresser les élèves en difficulté. La deuxième approche consiste à former des groupes de travail et peut être très efficace si les activités sont correctement supervisées. La troisième approche consiste à proposer des tâches variées, répondant à l’ensemble des capacités des élèves, ce qui donne les clés de la réussite à tous.

 

En classe, l’apprentissage actif et la différenciation pédagogique sont complémentaires : on ne peut avoir l’un sans l’autre.

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

© 2016 all Images copyrighted by Mark Ward

 

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now